Chair vide

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

?

« Eh arrim’va a’mehelyn ? koosh, koosh…gateehn eer Kel’nesh»

Calme-toi. L’hypothalamus reçoit les données. Le cortex répond. Il nous renvoi des images en flots discontinue. Bribes éparses, souvenirs lointains. La vie ?

« Peut-on avoir une localisation spatio-temporelle ? »

«  Impossible de déterminer la date de conception. La date de cessation non plus. Cette espèce a l’air d’avoir un cycle de vie très court. Génome simple. Presque passé dans le Kel’nesh. »

«  Nous sommes prêt à poursuivre l’étude. Analyse post-plongeon ? »

« Klea’th ? Qu’as-tu vu ? »

« Quelque chose à émergé du Vooyd’h. Je n’ai pas compris le sens des images. J’ai subi une éruption brève de stimuli cérébraux résiduels. Des mots et des pensées, une tresse sensorielle tissée d’odeurs et de sons.  Des perceptions et des sentiments. Il me manque la stabilisation électro-encéphalique nécessaire à la poursuite de l’étude dans des conditions moins erratiques, plus linéaires. Une seconde de Veesh me suffirait à retenir la connexion et à extraire plus d’informations de cette matrice. Je suis…intriguée. Notre fenêtre temporelle est-elle toujours illimitée ? »

« Paramètre inchangé. Fenêtre d’opportunité non-péremptoire. La matrice est morte mais réactive si correctement paramétrée. Nous la gardons en l’état depuis son arrivée. Si le flux hoquette, on te le fera savoir. Tu peux replonger, Klea’th. Nous sommes là.»

« Prochaine extraction dans un quart de veln. Prêt ? »

« Prêt »

Be the first to comment on "Chair vide"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Aller à la barre d’outils